Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 12:25

Est-ce possible?

Eh bien , oui, ça l'est...

Ce matin, je me rends  chez Aldi à 9 heures pour assurer une permanence pour l'opération chariots des restos du coeur...je dois aussi y retourner demain à une autre heure car ils n'ont pas assez de monde...

Hier, j'ai bien regardé mon carnet pour être sûre que ma mémoire était bonne et  que je ne me trompais pas d'heure.

Quand j'arrive, la responsable me dit : j'ai dû me tromper, je croyais que c'était une autre personne qui devait venir...

En effet une autre se présente et s'inquiète car elle n'est pas libre plus tard...

Je propose alors de revenir puisque je n'ai rien d'autre d'obligatoirement prévu pour la journée...

En arrivant chez moi, je vérifie sur mon carnet, persuadée, puisque j'ai vérifié la veille ,que c'est l'autre qui a fait erreur...

Eh bien non, c'est moi ! J'ai bien vérifié ...

mais j'ai lu ce qui était dans ma tête et pas du tout ce que j'avais inscrit sur le carnet et j'ai inversé les deux horaires : celui d'aujourd'hui et celui de demain....

Je suis partagée entre le rire (quelle maudite tête) et la rage !

Mais puisque tout s'est bien arrangé , mieux vaut en rire et se promettre d'être plus attentive la prochaine fois !

Ce n'est pas en se faisant la guerre que l'on peut progresser !

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 17:25

2013juin11-les-fleurs-du-jardin--Boncompain-044.jpg

 

C'était la fête de l'école.

Nous avions promis à notre petit fils d'aller l'écouter chanter  avant de partir chez nous.

 

Et voilà les six classes enfantines réunies.

Et ce n'est pas rien de faire chanter tout ce petit monde.

Certains sont plus préoccupés de faire des signes à leurs parents que d'ouvrir leur bouche pour chanter...

D'autres suivent leur rythme à eux et oublient de regarder la maîtresse qui s'efforce de battre la mesure...

Malgré tout, c'est très agréable de les écouter et de les regarder...Leurs mines sont réjouies et certains sont très concentrés et chantent  de tout leur coeur.

 

Nous, nous les avions déjà entendus , ces chants...La veille nous avions eu droit  un petit concert maison.

Et après avoir chanté, notre petit fils nous avait conviés à en faire autant...Les papis et les mamies aussi doivent chanter, nous avait-il dit...

 

Et nous voilà de retour chez nous...

 

Mais pourquoi  ne vendez-vous pas votre maison ? nous avait-il dit la veille

Et comme je lui demandais pourqoi, il me répondit :

comme çà, vous resteriez toujours avec nous

 

Merveilleuse candeur de l'enfance!

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 09:33

C'est un dimanche de grisaille, de brume et de froidure...

 

J'ouvre la porte deux ou trois fois hésitant à sortir....et pourtant l'envie est là, je n'aime pas rester enfermée une journée entière, il me semble n'avoir vécu qu'à demi...mais est-ce bien raisonnable, quand une bronchite coriace vient juste de s'éloigner, d'aller s'exposer au froid ?

 

Les occupations , à l'intérieur , ne manquent pas : je lis, j'ouvre des ouvrages que je n'avais pas ouverts depuis longtemps, je blogue, j'écoute de la musique..

.J'écoute la radio : j'ai le plaisir d'entendre Christophe André et sa voix apaisante...Le soir c'est Anne Sylvestre..eh oui, elle chante encore ...et une biographie va paraître sur elle...

 

Je goûte le silence, je le savoure

 

Je regarde les oiseaux qui se posent sur les arbres dénudés du jardin

 

Un écureuil  grignote les pignons du cyprès et semble se délecter, insoucieux des rigueurs de l'hiver.

Je le prends en photo, mais à travers la vitre, il paraît flou.

J'ouvre la fenêtre mais le bruit l'alerte et je le vois disparaître derrière les branches....

 

Le soir , je fais quelques exercices devant la cheminée où flambe un bon feu qui crépite joliment à mes oreilles.

Tous mes sens sont en éveil et chaque moment est parfait

 

Quelques appels téléphoniques ponctuent la journée...

 

Comme tout cela est bon aujourd'hui !

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:20

Nulle monotonie sur le chemin

 

Tantôt je suis affligée et ravie

 

Sur un petit nuage,  éblouie

 

Tantôt je plonge dans un gouffre

 

Je pleure, je sombre, je souffre

 

Et puis, quand je dis oui à ce qui est

 

Mystérieusement arrive

 

Un filet argentin ou une corde ou une branche

 

Je m'y accroche, m'y balance et me lance

 

Sur la terre ferme

 

Où un bel oiseau couleur d'argent

 

Me transporte dans un ciel flamboyant

 

Où je navigue en toute liberté.

 


Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 10:03

Le mois dernier, c'était la fête aux fruits d'hiver, je vous  en avais parlé...Ce mois-ci, c'est la première édition de la fête des artisans. Ils sont de plus en plus nombreux dans ce petit village

 

 

fete-des-artisans.jpg

 

 

 

Nous avions donc six lieux à visiter.

Six visites très agréables.

Il n'y avait que des belles choses, des beaux objets à admirer...

On ne sentait aucune pression, aucune sollicitation à acheter.

On pouvait  vous offrir une tasse de thé, un chocolat ou un vin chaud même si nous n'avions fait que nous réjouir à la vue de ces beaux objets exposés...

En bois, en verre, en céramique ou en terre, ou en feutre, en laine ou en pierre...

J'ai bien regretté d'avoir oublié mon appareil  photo...

 

Nous passons un long moment chez la chapelière

où nous avons tout le loisir  d'essayer des chapeaux de toutes sortes.

Il y en  a un qui me plaisait beaucoup....

J'avais l'impression d'avoir changé de tête et, ma foi, c'était plutôt  à mon avantage...

Mais je ne l'ai pas acheté...j'ai craint qu'il ne termine ces jours dans le placard...

Mais sait-on jamais,  je me déciderai peut-être un jour...

Ils le savent bien, les artisans, que, si nous avons passé un moment agréable chez eux, nous aurons envie d'y revenir...

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 18:27

Il y a quelques jours

ou plutôt quelques nuits

un rêve est venu me visiter

et pour une fois

car d'ordinaire je les oublie

 ce rêve s'est inscrit dans ma mémoire

et depuis il ne me quitte plus.

 

J'arrive dans un lieu d'accueil

Il y a tout pour se restaurer

pour se reposer

et passer un temps agréable...

Mais je ne peux pas en profiter

Je veux d'abord trouver le lieu où l'on vend les billets

car je sais que je dois partir le lendemain matin

de bonne heure

 

Bizzarement les autres ne semblent pas s'en inquièter

Je suis la seule à chercher ce lieu

à vouloir un billet

et je me sens très seule...

 

Je voudrais bien cependant profiter de ce qui m'est offert

mais tant que je n'ai pas ce billet

je n'y parviens pas

et je demeure inquiète et désolée

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 10:12

Je ne suis pas optimiste.

 

Je n'aime pas me bercer d'illusions.

 

Je n'aime pas fermer les yeux sur tout ce qui me dérange ou m'attriste.

 

Au contraire, ce qui me fait peur, je veux le regarder en face pour pouvoir l'apprivoiser.

 

 

Mais j'ai opté pour l'espérance, j'ai décidé de choisir ce qui favorise la vie.

 

Si un lieu m'est néfaste, je m'en éloigne.

 

Si une relation me détruit, je prends de la distance, sans haine et sans rancune.

 

Ce n'est pas toujours simple.

 

Ce n'est pas, non plus, aussi difficile qu'on se l'imagine.

 

 

 

Je chéris l'espérance.

 

Sans elle, comment demeurer vivant?

 

Comment surmonter le désespoir qui constamment nous guette?

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 17:17

IL y a quelques jours, je me réveille le corps douloureux des pieds à la tête.

D'habitude, quand cela m'arrive, c'est le soir et je sais que la nuit va calmer  tout ça et que cela ira mieux le lendemain matin...Aussi ressentir cet état, dès le matin, me démoralise complètement...Heureusement, impossible de rester à rien faire ce jour là, je dois préparer le repas et le porter à mes petits enfants,leur maman ne pouvant rentrer ce midi....Aussi je ne me pose pas de questions et fais ce que j'ai à faire.

  Après le repas, j'avais prévu d'aller voir une amie qui habite dans la même ville  et que je n'ai pas vu depuis un certain temps...J'hésite quand même, ce n'est toujours pas la grande forme, je ferais peut-être mieux de rentrerimmédiatement à la maison et d'aller me reposer....

  MAis, quand même, j'ai très envie de la voir ....Je ne m'attarderai pas, me dis-je...et je vais la voir...Il fait beau et nous dégustons un café dans le jardin et nous bavardons tant et tant que j'en oublie l'heure, que j'en oublie les douleurs et je la quitte pleine de courage et de joie de vivre.

 

  Ce matin, je me lève sans problème , je dois conduire à la gare une amie qui est de passage....J'ai prévu plusieurs  choses pour la journée....Mais je rentre chez moi et je tremble de froid toute la matinée malgré la superposition de gilets dont je me couvre...Le thermomètre confirme mes craintes...Doliprane, petite sieste sans succès, le téléphone sonne...Une amie m'invite pour une petite balade...Le soleil s'est enfin décidé à apparaître, il vente un peu trop, certes, mais quel dommage de ne pas profiter du soleil ! Et puis cette amie, j'ai très envie de la voir !

Bon, il serait sans doute plus raisonnable d'aller voir le docteur qui, je le connais, me donnerait aussitôt antibiotiques et cortisone...Mais moi, j'en ai assez d'avaler  ce genre de remèdes et je ne veux pas m'installer dans la maladie....

j'ai autre chose à faire....Ce soir, je dois aller écouter Richard Bohringer...

Je décide donc d'aller voir mon amie: une courte balade et presque sans parler, sinon je suis à bout de souffle très vite...Mais après la balade,je suis enfin réchauffée et nous nous rattrapons devant une tisane, nous avons tant à nous dire

  Et je rentre chez moi presque en pleine forme et le moral retrouvé.

Reste la toux qui ne veut pas me quitter mais je finirai bien par lui faire lâcher prise.

 

Ce n'est pas toujours facile  de savoir quand il faut écouter ses limites et se reposer

et quand il faut, au contraire, se bousculer un peu et ne pas tenir compte de cette fatigue lancinante qui s'installe et prend toute la place si on la laisse faire.

 

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 08:36

chemin-de-Stevenson--octobre-2007-048.jpg

 

 

J'effleure un état de grâce

 

Je n'en connais le pourquoi

 

Je n'en connais la durée

 

Je me réjouis de ce qui est là:

 

  Accueillant ce qui vient,

 Que ce soit bon, que ce soit mauvais.

 Si c'est bon, le savourer sans retenue.

 Si c'est mauvais, le transformer en beauté.

 Savoir en tirer le suc

 même si d'abord il est amer.

 Ne rien attendre, simplement accueillir ce qui vient.

 

      

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 16:00

Voilà, l'ordinateur est réparé et semble en bonne forme

Sa propriétaire l'est un peu moins : toux, fièvre,douleurs, fatigue intense...

Je décide donc, hier matin, d'aller voir le docteur

Je vais encore avoir droit  aux antibiotiques, ce qui ne me plaît guère

mais j'éviterais que cela dégénère en pneumopathie

et je retrouverai mes forces...

J'arrive, la salle d'attente est pleine à craquer, je n'ai même pas un siège pour m'asseoir..

Il y a des enfants mais ils sont assez sages, occupés à des jeux ou à la lecture de revues.

Il y a en particulier une famille d'apparence modeste : le père, la mère et les trois enfants.

Quand vient leur tour, avec un parfait ensemble, les trois petits disent bonjour au docteur et au revoir aux personnes qui continuent d'attendre et nous leur répondons avec un sourire...

Un moment après, on les entend  qui s'en vont et passent dans le couloir et gratifient à nouveau le docteur d'un  au revoir tout aussi chaleureux.

Je suppose qu'ils venaient chercher un certificat médical car ils avaient tous  l'air en très bonne forme et, surtout, entre eux, parents et enfants on sentait que l'amour circulait bien ...et c'est cela qui les rendait si spontanément polis et joyeux...

Rien que pour les avoir cotoyés un moment, je ne regrette pas les deux heures d'attente que j'ai dû passer là...Et puis c'est vrai que  cela va déjà beaucoup mieux, les médicaments, pour le moment, sont efficaces...

 

Et ce matin, le ciel est merveilleusement bleu ....

Repost 0
Published by gazou - dans journal intime
commenter cet article