Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 08:45

  " Vouloir con vaincre, signe d'erreur.

Besoin de croire,  signe de faiblesse.

Sois à tout le monde et à toute chose comme l'arbre est aux oiseaux, accueillant pour tous et ne cherchant à retenir personne.

Que ta bonté, si tu es bon, soit la fleur de ta force, et non l'excuse de ta faiblesse. seul est vraiment bon celui qui pourrait s'il en avait envie, se montrer méchant. Ce qu'il faut éviter, c'est la fascination de la haine. Car on ressemble toujours à ce qu'on hait le plus."

                                                   Pierre Gripari ( Frère Gaucher)

Repost 0
Published by gazou - dans philosophie
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 05:31
Je vous ai parlé de lui il y a deux jours
Je viens de découvrir cette vidéo sur Internet et j'ai envie de la partager avec vous
Jusqu'à présent, j'avais entendu Alexandre Jollien à la radio seulement , je ne l'avais pas vu...
Quand je vois des hommes tels que lui, je retrouve un peu de fierté de faire partie de l'humanité, je retrouve un peu de courage
Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:44

  Mimétique, elle s'accordait à son interlocuteur et lui lançait à voix haute ce qu'il pensait tout bas. Chacun se faisait d'elle une image très différente.

  Ainsi pouvait-elle assouvir sa passion du mensonge. Elle se mentait aussi à elle-même. C'était une drogue. Elle employait toutes les armes de la séduction et devenait réellement l'autre : sa voix changeait, sa démarche, ses gestes, son vocabulaire, jusqu'à ce que l'autre soit en son pouvoir.

   Elle n'aimait à conquérir que pour mieux briser. Dès qu'elle arrivait en un nouveau lieu, elle commençait à se faire adorer. Toujours à la recherche d'une scène à sa mesure, elle fascinait. Elle s'enivrait de ses propres discours.  Elle aurait pu soutenir les thèses les plus contradictoires rien que pour le plaisir de suivre les méandres de ses phrases. Les mots lui ôtaient toute faculté de jugement et l'emportaient comme une musique. Elle était prise d'un vertige verbal. elle vivait réellement ses mensonges. Elle sentait la moindre résistance et n'avait de cesse qu'elle ne l'ait brisée.

  Il était difficile de ne pas la croire : elle posait sur vous un tel regard et savait trouver un si touchant accent ! Et elle se sentait si sûre d'elle et de son pouvoir que, même après avoir humilié quelqu'un et l'avoir blessé durement, il lui suffisait de redevenir charmeuse et grâcieuse pour que l'autre oublie  aussitöt le passé...D'ailleurs elle-même ne l'avait-elle pas oublié?  Sa naïveté alors était stupéfiante...Et si l'autre lui témoignait qu'il ne se laisserait pas posséder à nouveau, elle jetait bas son masque et le mépris succédait à la comédie qu'elle venait de jouer.

  Autour d'elle régnait toujours une atmosphère trouble et fatigante parce que trop éprouvante pour les nerfs...

  Elle n'aimait rien tant que le désordre et évoluait au gré de ses caprices et de ses fantaisies.

  Une seule arme pouvait l'atteindre : l'indifférence.

Repost 0
Published by gazou - dans portraits
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 07:48

"Sur le chemin du retour, je pressens qu'au fond de toute grande joie, il y a un coeur qui s'élargit, un être qui retrouve sa dimension, moins l'onfait cas de soi, moins l'on souffre. Rencontrer véritablement autrui, l'écouter y contribue assurément.

  La joie décentre"

 

" L'ascèse va avec la joie, elle conduit au dépouillement, et non aux mortifications et aux tristes privations"

 

                                                               Alexandre Jollien

Dans ce dernier livre "Le philosophe nu", comme dans les précédents d'ailleurs, il fait le pari de la transparence et de l'authenticité et nous livre ses réflexions dans la plus grande simplicité.

Son parcours est pour le moins étonnant puisque, né handicapé moteur cérebral,il a passé ses dix-sept premières années en institution spécialisée, puis s'inscrivant en faculté de philosophie, il a pu échapper au sort réservé à ceux qui souffrent d'un tel handicap,il est devenu philosophe, , il s'est marié et a deux enfants...Ses ouvrages, devenus des best-sellers, ont fait de lui, un conférencier sollicité.

Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 08:38

Sur la branche d'un arbre

Je crois voir un oiseau

qui s'apprête à l'envol.

 

Mais ce n'est qu'une feuille

une feuille fanée

qui s'agite, qui tournoie,

qui offre sa dernière danse

avant la chute finale.

 

Mais qui la meut,

qui la rend si vive et gracieuse ?

 

Il n'y a pas de vent,

pas un souffle.

 

3534955119_f194bb2c02.jpg                                                                             flickr 

 

L'air est immobile

 

Et pourtant elle danse.

Repost 0
Published by gazou - dans nature
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 08:04

                  2010NOVEMBRE-101.jpg

 

  Bien sûr, j'en avais entendu parler mais je n'avais encore jamais rencontré quelqu'un qui l'avait vu récemment, quelqu'un qui était allé tout exprès à Toulon pour recevoir son étreinte  et, comme chaque fois , des milliers de personnes étaient là qui n'attendaient qu'une chose, qui n'étaient venus que pour cela , que pour ce moment là : Amma les prenant dans ses bras  chaleureusement...Et ensuite ils s'en vont , ils sont les mêmes et pourtant différents...

Et j'ai pu constater que la légende ne mentait pas..Cet homme qui me parle de Amma, il est brave certes mais toujours plus ou moins en révolte contre  la société, contre les uns et les autres  et ,ce jour-là, je le trouve apaisé, il peut parler de ceux qui ne sont pas en accord avec lui sans manifester d'agressivité..C'est évident, l'étreinte d'Amma l'a rapproché des autres, lui a donné le désir de les comprendre, de les aimer tout simplement...

Et moi qui étais parfois un peu agacé par cet homme et ses raisonnements à l'emporte pièce, voilà que, moi aussi, ce matin-là, je me sens proche de lui comme si le rayonnement de cette femme arrivait jusqu'à moi..

Deux ou trois jours après cette rencontre, je découvre le dernier numéro de la revue "Sources"

Et, coïncidence étonnante, il y a un article de huit pages sur Amma..A vrai dire, puisqu'elle vient de passer en France, c'est assez normal que cette revue en parle....

 

  Ainsi donc, cette femme a donné le darshan (étreinte)," a pris dans ses bras près de trente millions de personnes. ses oeuvres sont parmi les plus importantes de l'Inde. Ses réseaux innombrables;Les fonds que drainent ses tournées sont entièrement réinvestis dans ses projets de développement et d'aide. Ses écoles, son Hôpital, , son université sont à la pointe de la recherche...Elle s'est donné la tâche monumentale de consoler l'humanité qui se présente à elle, de lui donner, au moins pour un instan t,, cette joie qui lui permettra de faire face plus fort, plus doux, plus aimant aux défis du monde et de sa destinée"

  Une des bénévoles qui se trouvait là pendant son passage en France dit que , pour elle, la chose la plus importante est que  tout, avec Amma , se fait dans la joie.

                                  2010NOVEMBRE-100.jpg

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 07:56

 Ce testament nous interpelle...

 Quand je l'ai lu, la première fois, j'ai pensé d'abord qu'il serait intéressant de réfléchir moi aussi aux choses que je n'ai jamais pu faire . Mais si je voulais être totalement honnête, cela demandait de chercher les réponses au plus profond de soi....

  Mais comme l'ont fait remarquer plusieurs d'entre vous, voilà une tâche bien ardue...Comment être sûr de si bien se connaître soi-même ?

  Certains le peuvent peut-être.

  D'autres cherchent à se convaincre

  Et d''autres , et j'en fais partie , restent dans le doute.

  En certaines situations, les plus courantes, jamais je n'ai fait ceci, jamais, par exemple, je n'ai écrasé les petits...Mais si l'on me met la pression, si ma vie est en jeu, si... est-ce que ce petit que, cependant, je veux respecter, est-ce que je ne serai pas tentée de ne plus le voir et donc de l'écraser sans même m'en apercevoir...C'est si facile de friser l'inconscience ou l'illusion...

  Aussi, bien que cette liste s'intitule "les choses que je n'ai jamais pu faire" et de ce fait fasse allusion au passé, je le verrai très bien , ainsi que le dit l'une d'entre vous, comme un idéal à atteindre...A nous donc d'établir notre liste ...

  Mais ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais le faire..J'ai encore besoin  d'apporter un peu de clarté dans mes réflexions..Et je vous remercie pour les vôtres, pour votre partage toujours aussi intéressant.

Repost 0
Published by gazou - dans philosophie
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 08:31

"Les quinze choses que je n'ai jamais pu faire :

 

courber le front devant plus grand que moi,

Marcher sur plus petit, montrer du doigt,

Crier avec la foule, ou bien me taire,

Reconnaître parmi les Blance le Noir,

Choisir dix justes, nommer un coupable,

Trouver telle attitude convenable,

Lire un autre que moi dans les miroirs,

Conjuguer l'amour à plusieurs personnes,

Résister à la tentation,blesser exprès,

Rester dans l'indécis,dire Cambronne

Au lieu de merde, qui est plus français."

                         Liliane Wouters

née à Bruxelles en 1930, elle y vit encore et apublié de nombreux recueils de poésie; 

Repost 0
Published by gazou - dans philosophie
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 07:41

'Le monde est dangereux à vivre. Pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire"

                                                             

                                                                  Einstein

Repost 0
Published by gazou - dans citations
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 07:51

  Je viens de lire un livre surprenant, un livre comme je n'en ai jamais lu.

  Plus de quatre cents pages mais on se laisse emporter malgré soi , un peu ahuri, beaucoup enchanté par  la langue, les aventures toujours rebondissantes, cette impression de jamais vu, ce sentiment d'être hors du temps...Comme le héros principal, on avance, sans trop savoir où l'on va...dans un pays où l'on cultive des statues...Ici, il n'y a plus de repères

 

  Un livre publié , une première fois, en 1982...perdu, retrouvé, republié reperdu, oublié, aujourd'hui, il reparaît aux éditions Attila..Il est proprement inclassable ..C'est une fable, un conte philosophique ou fantastique, un récit de voyages, un roman initiatique... c'est un peu tout cela....

 

quelques courts extraits:

"Les pierres sont les yeux secrets du sol. En elles résident toutes les formes et toutes les couleurs que peut engendrer la terre"

"J'ai plus de passion - sans doute est-ce la cause profonde de ma vocation de voyageur - pour ceux qui passent et que tout menace, que pour ce qui subsiste"

"Il arrive que l'on passe ainsi de ces journées qui sont légères parce qu'on a trouvé la source assurée d'un projet qui ne peut plus manquer de suivre son cours. Alors toute hâte cesse, chaque geste retrouve son juste poids, et l'on vit sous le charme d'une promesse dont on sen tbien que rien ne pourra la détourner"

 

"Je crus avoir écrit l'oeuvre d'un fou" dit lui-même Jacques Abeille, l'auteur du livre

Il serait grand temps de le découvrir...

Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article