Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 09:39

Lionel Duroy   a été journaliste et a couvert la guerre en Bosnie entre 1992 et 1995

Vingt ans après, il retourne dans ce pays et recueille les témoignages des survivants bourreaux comme victimes

et cela fait écho à son propre questionnement : pourquoi sommes-nous si souvent inaptes au bonheur?

 

Dans cette République serbe de Bosnie, il découvre une haine toujours vivace aux ennemis de hier et cela les empêche

de s'ouvrir à l'avenir...La guerre n'est plus et cependant certains continuent à vivre comme si elle était encore là...

 

Quelques citations:

"Pour moi un écrivain est quelqu'un qui parvient à pénétrer les secrets de la vie...

" Boris est le seul serbe que je connaisse à ne pas être contaminé par la peur de l'autre, par le désir de le tuer avant qu'il ne le tue...

"Nous croyons qu'à rompre avec la source du mal nous allons pouvoir inventer notre propre vie et apporter le bonheur à nos enfants...alors que nous sommes faits de ce mal et qu'ainsi il continue de nous habiter et de nous ronger quoi que nous décidions, et quel que soit l'endroit du monde où nous allions nous réfugier...

" C'est ce que l'on attendait de lui, alors il l'est immédiatement devenu, dit Niklas Frank, évoquant l'antisémitisme de son père...

"Ce que j'aimerais, c'est que les gens ne me voient pas et que, se croyant seuls, ils se mettent à dire tout haut les images et les pensées qui les traversent. Je passerais mes jours à les écouter..

Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 09:39

link        http://eklablog.com

 

On me dit que mon nouveau lien ne fonctionne pas

Je le remets à nouveau

bien que je garde pour le moment les deux adresses, c'est plutôt à celle-ci que je publie actuellement.

 

J'ai dû ajouter un 2 à mon pseudo car il y avait déjà une gazou sur eklablog

Si on cherche  gazou 2 sur Google, on peut aussi me retrouver (n'oubliez pas l'espace avant le chiffre)

 

Je fais une petite enquête sur l'art de vivre

Qu'est-ce que l'art de vivre pour vous?

J'ai déjà quelques réponses,alors si vous ne l'avez déjà fait, cliquez sur le lien,et dites-moi ce que vous en pensez.

D'avance je vous remercie


Repost 0
Published by gazou
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 16:04

Je rappelle l'adresse de mon nouveau blog link 

 

 

Lorette Nobécourt nous offre là un livre singulier

 

Elle nous raconte l'histoire de Hildegarde de Bingen

 

Pour elle, cette sainte est le symbole de l'insoumission

Dès l'âge de 8 ans , elle est conduite au couvent par ses parents car il est d'usage alors de donner une de ses filles à Dieu.

Ce fut pour elle un arrachement terrible...Heureusement l'abbesse Jutta la prend en amitié...et ne s'étonne pas de cet enfant qui parle à chaque poireau qu'elle ramasse,  qui parle aux arbres, aux fleurs, aux oiseaux, aux poules ...

Moniale du XIIéme siècle, elle fit beaucoup parler d'elle tant par ses écrits, sa légende, ses connaissances.

En voici quelques extraits:

 

"Ici, à la clôture, comme chez elle autrefois, H est douée de cette innocence qui sait que la vie est le lien. Qu'il n'y a d'autre vie que celle-là. Ce lien qu'elle tisse avec tousles êtres qu'elle rnecontre _ homme, femme, chat, chien pierre,herbe, oiseaux - visibles ou invisibles

" Chaque homme détient pour lui-même les clés de son fragile équilibre, il est le créateur de son propre paradis ou de son enfer"

"Ce que H enseigne, H le vit. Nulle morale chez l'abbesse, nulle convention. elle ouvre le dogme. en fend la pierre pour faire surgir la source de vie vivante- celle qui ne supporte ni artifice ni faux semblant...

Mais surtout elle éveille au plaisir. si intimement reliée, H sait que la vie est désir, allégresse. dieu ne se plaît que dans la simplicité des rires et de la joie. Telle est la prière de vivre. Il n'y en a pas d'autre.La vie est l'éros même qu'aucun ascétisme ne saurait loyalement servir...Je vous souhaite le désir, écrit H, celui qui sanctifie toute chose"

Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 21:58

" Ecrivant, j'étais un autre.

Mais cet autre en lequel je ne me reconnaissais pas n'était peut-être que moi-même.

Un moi-même plus vrai que je ne serai jamais si jamais personne n'avait connaissance de ces lignes.

Mais je n'écrivais pas (je n'écrivais pas encore).

J'étais étendu dans l'herbe et ma respiration était plus calme.

Si tendre était la nuit, si claire et apaisante Tout m'était donné. Que pouvais-je attendre de plus?

Et cependant je n'avais rien.

Depuis longtemps, les martinets avaient cessé leurs rondes étourdies autour de la maison. L'espace gardait le souvenir de leurs poursuites.

Et c'était à moi maintenant de faire silence, de ne pas troubler le pur miracle d'une nuit amicale et de m'y accorder;

Pouvais-je (le temps en eétait-il venu,) pouvais-je me retirer?"       

                  Jean Laude

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 14:23

"Toute parole est un doute,

Tout silence un autre doute.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet de respirer.

 

Tout dormir est un enfoncement,

tout réveil un autre enfoncement.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet de nous réveiller à nouveau.

 

Toute vie est une forme d'évanescence,

toute mort en est une autre.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet d'être un signe dans le vide."

 

             Roberto Juarroz (Poésie verticale XI)

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 21:15

v

TAXI de Khaled Al Khassimi

taxi    J'ai aimé ce livre.

Ecrit par  Khaled Al Kassimi, né au Caire

découpé en 58 petits chapitres où il nous relate des conversations qui se déroulent dans un taxi,

il nous donne une image très réaliste et pourtant  drôle de la société égyptienne, on rit  pouir ne pas pleurer peut-être

On y parle de tout : de la pollution, du pouvoir américain, des croyances, des peurs, des difficultés de la vie et comment ils essaient de s'en sortir..

Ainsi, un jour, il prend un taxi et le chauffeur ne connaît aucun nom de rue et comme il s'en étonne, le chauffeur lui répond qu'il n'est pas taxi mais contrebandier et que ce taxi est celui de son père qui vient de mourir...L'écrivain l'interroge :

"Et tu as envie de t'établir au Caire et de travailler avec le taxi de ton père?"

-Non monsieur. J'ai fait l'expérience et me suis rendu compte des conditions dans lesquelles imon père avait vécu toute sa vie. J'ai vu commment il est mort, le pauvre, sans même assez d'argent pour payer son linceul. Et la situation se dégrade. Moi, avec l'aide de Dieu, je ferai un travail honorable qui rapporte de l'argent. Pourquoi pas chef de gang?

Comme quoi chacun a ses valeurs...

J'aime les portraits très variés et pleins de subtilité qu'il fait des différents chauffeurs de taxi qu'il rencontre;

C'est un livre plein d'humanité.

déjà paru dans Eklablog le 8 août
v
Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 11:02

5764978449_aed3f4a2c1.jpg

 

 

"Emportez-moi dans une caravelle,

 

Dans une vieille et douce caravelle,

 

Dans l'étrave, ou si l'on veut, dans l'écume,

 

Et perdez-moi, au loin, au loin.

 

 

Dans l'attelage d'un autre âge,

 

Dans le velours trompeur de la neige.

 

Dans l'haleine de quelques chiens réunis.

 

Dans la troupe exténuée des feuilles mortes.

 

 

Emportez-moi sans me briser, dansles baisers,

 

Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent,

 

Sur les tapis des paumes et leur sourire,

 

dans les corridors des os longs et des articulations.

 

 

Emportez-moi, ou plutôt enfouissez-moi."

 

                                          Henri Michaux

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 15:29

Si vous voulez sui vre la suite de mes rencontres  au festival de Sète,

vous pouvez me retrouver à

 

 

http://gazou.eklablog.com/

 

 

A bientôt

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 22:13

 

Me voilà de retour.

Bien que l'image de l'article précédent, comme l'a deviné une lectrice, vous montre une image de Venise, je ne suis pas allée si loin.

Je viens de passer trois jours à Sète où se déroule actuellement le festival de poésie

Voix vives

Et j'ai fait de belles rencontres.

Et ce fut vraiment trois jours de bonheur.

Il y avait des lectures, des débats, des  concerts et même de la danse.

Et le public était varié : des jeunes, des personnes de tous âges...

Il y a même eu des promenades en barque où des poètes nous disaient leurs poèmes...

Jorge Bocanera, poète argentin et George Christodoulides (poète venant de Chypre)

Ils sont tous les deux sur le devant de la barque et s'apprêtent à commencer leur lecture.

Ce fut un des moments parmi les plus agréables de ces trois journées.

Nous étions juste devant eux et ne perdions pas un mot de leurs paroles.

Il y avait bien sûr, à côté d'eux, un traducteur qui nous disait ensuite le texte en français.

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 11:32

Il était plein de bonne volonté.

Ce n'était pas une apparence, non, il était sincère et voulait faire de son mieux...

 

Et  cependant il était toujours à côté de la plaque car il n'écoutait rien de ce qu'on lui disait, de ce qu'elle lui disait....

 

Mais comment, me disais-je, peut-on agir aussi paradoxalement? comment peut-on, avec tant de bonne volonté, agir  cependant à l'envers de son désir?

L'intelligence et la finesse ne lui faisaient pas défaut?

Qui ou quoi l'empêchait d'agir avec plus de cohérence?

 

C'est cela, il était empêché.

Empêché, embrigadé, emprisonné dans une tour dont les murs étaient façonnés par des peurs énormes qui ne laissaient transparaître aucune clarté, des peurs si violentes qu'elles ne lui permettaient pas d'agir selon son désir et de donner le meilleur de lui-même.

 

Qui ou quoi l'aiderait à y voir clair, à être lucide et à abattre enfin les murs de sa prison intérieure?

Repost 0
Published by gazou - dans elle et lui
commenter cet article