Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 14:23

"Toute parole est un doute,

Tout silence un autre doute.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet de respirer.

 

Tout dormir est un enfoncement,

tout réveil un autre enfoncement.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet de nous réveiller à nouveau.

 

Toute vie est une forme d'évanescence,

toute mort en est une autre.

Cependant,

la fusion des deux

nous permet d'être un signe dans le vide."

 

             Roberto Juarroz (Poésie verticale XI)

Partager cet article

Repost 0
Published by gazou - dans poésie
commenter cet article

commentaires

maryse 01/09/2013 10:57


Je ne pouvais plus accéder à ton blog, Gazou! Salut. 


Je pars à la campagne et te fais une grosse bise. 


Demain je lis tranquille tes textes. Maryse

gazou 03/09/2013 09:32



Bonjour Maryse


bonnes journées à la campagne...en ce moment, c'est idéal


Je te donne l'adresse de mon nouveau blog : gazou.eklablog.com


ou tu peux chercher simplement  "gazou 2"


Pour le moment je garde les deux blogs mais il faudra bien que je choisisse, j'écris quand même surtout sur le deuxième


Bises



rosinda 22/08/2013 20:23


j'ai cherché à comprendre, pourquoi cette façon d'écrire étrange et fascinante à la fois et finalement j'ai trouvé pourquoi en lisant cette critique :


« Chaque poème de Roberto Juarroz, écrit Octavio Paz, est une surprenante cristallisation verbale : le langage réduit à une goutte de lumière ». Sous ce seul titre
de « Poésie verticale », Juarroz, qui naquit en Argentine en 1925 et y mourut soixante-dix ans plus tard, a rangé la quasi-totalité de son œuvre poétique. Dans une langue intimement
décantée, mais ô combien corporelle et sous haute tension, Juarroz  explore ce qui ne se laisse pas explorer : l’incertitude d’exister, l’étrangeté de toute réalité et le vide inhérent
au métier de vivre.


Philippe Garnier.


je crois que cela confirme bien ma façon de penser des textes choisis.


Bisous


régine 

gazou 23/08/2013 07:11



Merci pour cette belle citation qui, en effet, explique bien ce que Juarroz a tenté de faire dans ses poèmes, c'est tout à fait ça...Bonne journée Régine



durgalola 21/08/2013 20:37


j'aime beaucoup ce va et vient des mots, cet échange entre mots incompatibles ... un poète que je découvre


bonne soirée

Solange 19/08/2013 18:49


Je crois que je ne suis pas encore revenu complètement de mes vacances, je comprends sans comprendre.

jeanne 18/08/2013 09:27


"un signe dans la vide"


oui sans doute oui