Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 12:43

"J'ai le même rapport à la mort qu'autrefois, je ne la hais ni ne la crains.

Si un jour je me mettais à checher avec qui j'entretiens volontiers les relations les plus fréquentes en dehors de ma femme et de mes fils, il apparaît que c'est uniquement avec des morts, des hommes de tous les siècles, des musiciens , des poètes et des peintres. Leur être, concentré dans leur oeuvre, continue de vivre et revêt pour moi plus de présence et de réalité que la plupart de mes contemporains. Il en va de même pour les hommes disparus que j'ai connus ,  aimés et "perdus", pour mes parents,mes frères et soeurs, mes amis de jeunesse, ils font partie de moi-même et de  mon existence, aujourd'hui comme hier, lorsqu'ils vivaient encore. Je pense à eux, je rêve d'eux et les inclus dans ma vie quotidienne. Ce rapport à la mort n'a donc rien d'une illusion, d'une belle construction de mon imagination; il est bien réel et fait partie  de ma vie. Je connais bien le sentiment de précarité qu'inspire toute chose, je l'éprouve à chaque fois qu'une fleur se fane; Mais il s'agit là d'une tris tesse sans désespoir.

 

  Petit à petit, tous les gens s'en vont. A la fin, nous avons plus de proches et d'intimes "de l'autre côté" qu'ici-bas; si bien que, sans l'avoir prévu, nous devenons curieux de l'au-delà et oublions la crainte de celui qui se protège davantage de la mort.

 

  Les disparus ainsi que l'essentiel de leur être qui nous a influencé vivent à travers nous aussi longtemps que dure notre exitence. Parfois nos entretiens et nos discussions avec eux sont plus fructueux qu'avec les vivants, et ils nous dispensent de meilleurs conseils.

 

  Tout cheminement, qu'il ait pour but le soleil ou la nuit, aboutit à la mort, à une renaissance douloureuse que l'âme craint. Mais tous les hommes font le chemin, tous meurent, tous renaissent car la Mère éternelle les ramène éternellement à la vie."

                                              Hermann Hesse (Eloge de la vieillesse)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edmée De Xhavée 27/10/2012 08:26


Un tout beau choix de texte, je le mets sur mon mur Facebook que d'autres en profitent...

Françoise 26/10/2012 22:18


Très bel éloge à la vieillesse ! J'aime la manière dont Hermann Hesse en parle. 


Merci, Gazou, et belle fin de semaine à toi.

Jackie 26/10/2012 10:27


La mort fait partie de la vie...


 

Lily 26/10/2012 10:17


Autrefois, j'ai lu Siddharta, avec un certain plaisir, mêlé à de la critique aussi. Je me sens moyennement en accord avec l'auteur (importance des sens, synchrétisme, etc.) mais le passage que tu
cites est très beau et donne envie de lire cet éloge. Oui, il faut suivre le cours de la vie, sans s'apensantir à force de regrets ou d'immobilisme.

catherine2 26/10/2012 09:23


"il apparaît que c'est uniquement avec des morts, des hommes de tous les siècles, des musiciens , des poètes et des peintres. Leur être, concentré dans
leur oeuvre, continue de vivre et revêt pour moi plus de présence et de réalité que la plupart de mes contemporains. " c'est si vrai, je ne
l'avais pas réalisée

gazou 27/10/2012 09:03



 c'est vrai mais quand même rencontrer un être en chair et en os, ce n'est pas la même chose que de le rencontrer dans un livre...Bon week-end Catherine!