Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 07:45

PA250015

 

 

La cloche sonne.

Il est cinq heures.

Et le vent souffle

Et le vent chante.

Et son chant s'emmêle à celui

de la cloche qui tinte.

 

                 Et dans ce chant

                 me parvient aussi

                 le battement d'ailes des oiseaux,

                 le vrombissement des voitures au loin,

                 le bruit d'un tracteur dans un champ,

                 le bruissement des feuilles

                 qui valsent et tourbillonnent.

 

                         Plus rien n'est pesant.

                         Le vent, ce musicien

                         a tout allégé.

                         Tout bouge

                         Tout vibre et vit.

 

 

                                     Et les sauges que je viens de cueillir

                                     parfument la musique du vent.

 

 

 

 

Venise-005.jpg

 

Délicieuse surprise !

Je n'ai pas plutôt publié ce petit article que je reçois

cette illustration du vent musicien par Solyzaan....

j'ai eu quelques problèmes pour reproduire ce vent ingénu et coquin, alors je vous recommande d'aller le voir chez Solyzaan (voir mes liens à droite)

Partager cet article

Repost 0
Published by gazou - dans nature
commenter cet article

commentaires

flipperine 10/10/2011 15:32



le vent n'est pas mon ami héals



cathycat 08/10/2011 15:09



Le vent, l'air, sont de vrais bonheurs. Rien ne me réjouis plus que les objets qui capturent les vents pour en faire des sons, les girouettes, les moulins. L'air est mon élément préféré... Bisous



LOLIEDITCA 08/10/2011 13:53




Elle  était là,
elle était au centre,nul orgueil de sa part.
en ce lieu seulement,
elle pouvait respirer librement,être elle-même entièrement.
Qu'une autre éprouvât la même nécessité intérieure et l'équilibre du groupe où ellese trouvait en était provisoirement anéanti.
Et dès le premier coup d'oeil,elle savait les repèrer,ces éventuelles concurrentes..et elle leur manifestait une hostilité courtoise et de bon aloi jusqu'à ce que l'intruse comprenne son
erreur.
Etait-elle belle? Oui,sans doute,comme les félins.


Lascive et passionnée,elle excitait la curiosité de ceux qui l'entouraient et les hommes qu'elle mettait sous  sa coupe la regardaient avidement.
Elle avait une façon de leur dire:"ne me regardez pas ainsi,cessez de vouloir me lire comme un livre ouvert" qui les rendait penauds et médusés et les obligeait à rester sur leurs gardes.
Elle avait ainsi une petite cour: chacun participait à son bien-être en répondant à son besoin éperdu d'admiration


.Elle affectait une sereine indifférence et une sympathie diffuse pour tous ceux-là que son rayonnement attirait mais ne partageait-elle pas avec eux une même dépendance?


Son charme n'était-il pas nourri par les hommages toujours renouvelés qu'ils lui adressait? S'ils venaient à lui manquer,n'en serait elle pas amoindrie gravement?
Elle disait n'avoir jamais été jalouse,


jusqu'alors,elle n'avait su que se laisser aimer,ce n'était pas satisfaisant.

Elle est à cette période charnière où elle pressent qu'elle doit se transmuer,et devenir celle qui peut exister sans être regardée et alors elle pourra donner tout l'or pur qui est en elle
.
 Que vienne ce jour où les délices de l'amour et de l'oubli de soi lui paraîtront plus séduisants et plus gratifiants que tous ceux de la séduction.
Que vienne ce jour où elle saura ce que c'est que d'attendre quelqu'un et de n'être plus seulement celle qui se fait attendre.


 


Très fin , ce texte ... Délicieusement sensuel .........


Un peu comme quand les petites pattes d'une mouche


... vous parcourent la peau ...


A quel instant précis , a t'on assez d'estime de soi ...


... pour se libérer de l'illusoire influence dont on a plus besoin


... au milieu des autres .........................


L'amour vrai ouvre là ...... VRAIMENT SES AILES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


C'est l'instant où ...........................  LA GRATUITE


prend ................ ses MAJUSCULES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


C'est de la poésie pure et simple ...


Même les silences y trouvent enfin leurs places ...


Une mouche au coeur de l'âme ...


Bien à toi


Lolie




gazou 09/10/2011 07:59



Je sens combien ce texte t'a touché


et je te remercie de m'en faire part...Bon dimanche !



Quichottine 08/10/2011 09:24



J'ai vu le collage de Solyzaan, juste après avoir lu ton poème.
Merveilleux partage entre vous !


 


Merci à vous deux.



Solange 08/10/2011 04:35



Très beau ton poème, j'aime.