Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:00

Je l'avais acheté la veille , ce livre de Alexandre Jardin

J'ai commencé à lire les premières pages dans la matinée...

Quand je suis arrivée à la dernière page. , il était plus de minuit

Entre temps, bien sûr, j'ai dû m'interrompre plusieurs fois car des choses plus urgentes requéraient mon attention...

 

J'ai lu ces pages comme si c'était ma vie qui était en jeu, comme si ce livre parlait de moi....et pourtant, rien de ce qu'a vécu l'auteur , ne me concerne...Simplement , il fait un tel effort pour atteindre au réel, pour ne  rien se masquer de ce qui le dérange, pour aller vers la vérité de sa vie que je me sens portée à faire de même pour moi...

Voilà un livre qui décoiffe, un livre qui peut changer votre vie, me dis-je...

Comme lui, je ne veux pas me contenter de chimères, si belles soit -elles, je ne veux pas me nourrir de fictions; sinon à quoi bon vivre?

 

Je n'écris pas pour convaincre, j'écris pour dire, dit-il..Ce livre, c'est un saut dans le vrai,. Fini les livres de fuite..il veut s'ancrer dans le réel.

  -"Si vous consentez à vivre dans une famille dans un très haut degré de cécité, vous dévitalisez votre famille, le rapport au réel étant totalement vicié" dit encore l'auteur à la personne qui l'interroge à la radio.

 

De quoi s'agit-il ?

Simplement de mettre en évidence ce qui aurait dû toujours l'être, c'est à dire la responsabilité primordiale que le grand-père de l'auteur  a eu lors de la rafle du Vèl d'Hiv en 1942 : plus de 12 000 juifs dont 4000 enfants déportés et pratiquement tous tués...

Mais, dit naïvement un des critiques du"Masque et la Plume" sur France Inter, l'auteur croit cela et l'affirme mais il n'apporte aucune preuve de la culpabilité de son grand-père...

Aucune preuve? 

  Il suffit de savoir que Jean Jardin était le bras droit de Laval pendant cette triste période, qu'il était donc un des hommes les mieux informés de ce qui se passait à ce moment là en France pour n'avoir aucun doute : il savait ...et pourtant il a signé et ainsi a provoqué la mort de milliers d'innocents...

 

Et pourtant, cet homme était charmant, courtois, cultivé, génèreux... et c'est cela qui est insupportable..Ainsi donc, les bourreaux ne sont pas  tous des monstres ou des malades, ils peuvent avoir des apparences agréables, ils peuvent être des gens très bien , ils peuvent nous ressembler...

Et c'est pourquoi  sa famille,  ses amis se sont protégés par le déni ou lui ont trouvé des excuses : il ne savait  pas, il ne pouvait pas faire autrement, il fallait bien qu'il nourrisse sa famille...Quand on ne veut pas voir, on ne voit rien, même les évidences.... elles nous aveuglent au contraire...

 

Alexandre Jardin essaie de comprendre : beaucoup de collaborateurs de cette époque sont sortis du pouvoir avec un  sentiment énorme d'injustice; eux avaient le sentiment de se sacrifier pour la souveraineté nationale, de faire un sale boulot pour le bien de la France et cela était plus important pour eux que la mort de tous les juifs...

 

.Et c'est pourquoi Alexandre Jardin se sent obligé de dire

parce que quand quelqu'un fait une monstruosité et se raconte qu'il fait le bien, cela fait peur..

Et ce refus de la réalité est inacceptable.

Partager cet article

Repost 0
Published by gazou - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Lily 19/01/2011 08:46



Oui, il y avait un problème dans mon "script"... Enfin c'est comme ça que j'appelle le langage codé. Je crois que c'est réglé, enfin j'espère ! Bonne journée Gazou !



gazou 20/01/2011 07:51



J'ai bien pu écrire un commentaire ce matin mais je n'ai pas pu l'envoyer, j'ai fait plusieurs essais pourtant



belgique-chine 19/01/2011 03:30



bonjour tu pense a quoi (contraignante) ??


tu pense a obligation ? alors c'est oui, c'est ce qui fait l'unité, pas le chacun comme bon lui semble.


bonne journée



Andrée 18/01/2011 23:05



Merci Gazou de ce reportage littéraire passionnant et angoissant.Bonne soirée, bisous Andrée



Littorine 18/01/2011 22:59



Je crois que c'est un livre qu'il me plairait de lire...j'ai eu à faire aussi dans mon enfance à une personne très bien, très estimée, sauf que cette personne préférait prendre du
plaisir avec les petites filles plutôt qu'avec les femmes ...Comment être crédible aux yeux des autres lorsque c'est quelqu'un considéré comme une personne admirable. On se tait, on se tue à
se taire, jusqu'à épuisement, et là on se sent coupable de tuer la famille ...cette personne était mon grand père paternel. Dix ans à oser le dire, Trente ans et plus à oser penser que l'on
est pas coupable...que reste t-il comme temps pour trouver le temps d'apprendre à faire confiance et être heureuse ? Ce temps vient, un homme passe...le rêve commence, mais c'était une fois
de plus une erreur ! là d'autres questions se posent ? Je cherche des réponses.... Peut-être que lire ce livre m'en donnerait. Bonne soirée Gazou



gazou 19/01/2011 09:06



Je crois qu'il ne faut pas se taire, en effet, c'est mortifère


Mais si tu as aimé, dis-toi bien que ce n'est pas perdu..L'amour que l'on donne n'est jamais perdu même si la relation doit être interrompue..et tout peut arriver, même l'improbable..Chaque
instant de la vie peut apporter du bonheur et il nous faut le savourer...


Courage, Littorine, je comprends qu'un tel passé peut être lourd à porter et, cependant, la vie a plein de belles choses à t'apporter.



flipperine 18/01/2011 22:45



tu lis vraiment des livres très sérieux


bises