Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de gazou
  • Le blog de gazou
  • : journal intime,poésie,spectacles peinture
  • Contact

Recherche

Archives

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 08:20

  Hier soir, je plonge à nouveau dans un livre lu cet été  : Chanter de Delecroix chez Flammarion...Je me souvenais surtout , et c'est celui-là que je cherchais, d'un très beau chapitre de trois pages seulement ( "Tu chanteras pour finir" ) où l'auteur nous parle  d'une femme sur le point de mourir..

  Elle est entourée de toute sa famille, elle a dit à chacun ce qu'elle avait à lui dire et, depuis plusieurs jours, elle ne dit plus un mot...et, soudain, au moment suprême....

Je partage avec vous la fin de ce chapitre...J'ai été fortement touchée par cette histoire...La fin de vie peut être belle.

 

 

 

 

 

 

" Et puis dans le silence de la chambre, il se fit un silence plus profond encore et ce silence ne s'entend qu'à une seule occasion, n'appartient qu'à un seul moment, qui est celui de la mort...Dans la chambre, la mort était là, ils le surent aussitôt, et la vie,  enfin , se retirait à jamais. Elle, elle la voyait sans aucun doute et n'en apraissait pas effrayée. Elle voyait la mort se pencher sur elle, elle voyait la vie se retirer sur la pointe des pieds et refermer la porte. Avant de s'en remettre au néant, pourtant, elle les regarda, son mari, ses enfants. Ils crurent qu'elle voulait dire quelque chose, qu'une parole restait à dire peut-être, que peut-être elle était réservée pour cette minute.

Mais c'est dans ce silence qu'ils l'entendirent chanter.

Ils crurent un instant avoir rêvé. Ils se regardèrent sans comprendre. Mais ils dûrent se rendre à l'évidence, discrètement, fragilement, à peine audible, elle chantait.... Elle était là, entièrement là, toute la vie sur el bord de ses lèvres. C'était un air familier qu'ils reconnurent. ayant délaissé la parole, défait un à un les liens, s'étant allégée de tout et d'elle-même finalement, elle n'avait plus qu'un souffle qui, désertant peu à peu tous les recoins du corps, franchissait pour toujours la fine frontière des lèvres, et c'était comme si ce dernier souffle était le premier, celui qui avait précédé la première parole, celui qui, au fond, soutenait toute aprole, la vie elle-même. Et ce souffle, elle le leur offrit parce qu'il chantait."          Vincent Delecroix  ( Chanter)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie2 01/11/2012 17:44


C'est un très beau texte... l'émotion est là... ça me rappelle bien des choses...


PS: Merci de m'avoir ajouté dans ta liste... je viens de me rendre compte que le lien ne marche pas... j'ai cliqué dessus croyant qu'il s'agissait d'une autre "Marie". OB signale que mon blog
n'existe pas (?).

Jackie 01/11/2012 09:44


Très émouvant.

Jean 01/11/2012 09:44


Mon beau-frère chanta toute sa vie,(au travail dans les champs, sur le tracteur)... et dans son dernier jour avec ces enfants, dans la chambre d'hopital... des chants à la gloire de Dieu...

Quichottine 01/11/2012 09:31


C'est sublime.


 


Merci pour ce partage. Je n'ai pas lu ce livre, mais je le ferai sûrement.


Passe une douce journée.

tilk 31/10/2012 23:37


une fin magnifique...


besos


tilk